Nations-Unies, printemps arabe et conflit israélo-palestinien.

66th session (21–24 and 26–27 September 2011)

http://www.unmultimedia.org/tv/webcast/2011/09/france-general-debate-66th-session.html

Dans son discours devant les Nations-Unies  (lien ci-dessus), le président de la République française, Nicolas Sarkozy, aborde trois thèmes d’actualité :

– Introduction générale sur le printemps arabe :

« Peuples arabes soumis à l’oppression et ont réclamé le droit d’être libre ; avec leurs mains nus, ils se sont opposés à la violence (…) nous n’avons pas le droit de décevoir l’espérance des peuples arabes (…) leurs rêves ».

– Engagement  de la France et de l’Europe :

« Ce printemps des peuples nous impose (les Nations-Unies), une obligation morale de résoudre le conflit au Moyen-Orient ».

La méthode utilisée jusqu’à aujourd’hui a échoué (…) changement de méthode…

– Conflit israélo-palestinien :

« Aide aux Palestiniens et aux Israéliens, (…) il ne faut plus de préalables aux négociations» (paramètres cités et déjà vu : conférence de Madrid, discours de B. Obama, feuille de route)

Le président Sarkozy souhaite que la France accueille une conférence des donateurs pour aider la construction d’un Etat palestinien.

« Légitimité de la demande de création d’un Etat palestinien ».

Pour les Israéliens : garantis pour la paix ; « si quiconque dans le monde menacerait Israël, la France serait aux côté de l’Etat d’Israël ».

Proposition pour la Palestine (présenté par le président français comme une solution de compromis) : statut d’Etat observateur aux Nations-Unies ; en contrepartie : reconnaître l’existence et la légitimité de l’Etat d’Israël.

Conclusion : « la jeunesse des printemps arabes criaient vive la liberté ; ils ne criaient pas, à bas Israël ».