A propos Frédéric Albert

Professeur d'histoire/géographie/éducation-civique au lycée franco-allemand de Saarbrücken (Deutschland).

Lien

La démocratie délibérative, outil pour renforcer la cohésion sociale en Europe?

« Ce que l’on mesure a une incidence sur ce que l’on fait ; or, si nos mesures sont défectueuses, les décisions peuvent se révéler inadaptées. Les politiques devraient avoir pour but non d’augmenter le PIB mais d’accroître le bien-être au sein de la société ». Le Conseil de l’Europe, se positionne dans la même approche que celle insufflée par la Commission Stiglitz, résumée dans ce court extrait. C’est ainsi en amont des politiques publiques, avec la volonté d’assurer une nouvelle démocratie plus inclusive, que la méthodologie SPIRAL (Societal Progress Indicators for the Responsibility of All), développée par la Division de la Cohésion sociale du CoE, se situe. Depuis 2005, elle se donne pour objectif « d‘assurer la participation effective des acteurs concernés ou du moins de leurs représentants reconnus », dans une nouvelle sphère publique.

Les actions à propos du vivre ensemble, initiées par les communes européennes utilisant la méthode SPIRAL du Conseil de l’Europe (CoE), sont innovantes et indispensables en ces temps de crise. La participation des individus à l’aide de la délibération, outil encore sous-exploité, pourrait être utilisé d’une manière plus efficace dans les rouages de la démocratie représentative, en quête de légitimité. Cette méthode, cherchant à lutter contre l’anomie sociale par la démocratie participative-délibérative, peut-elle fabriquer des liens microsociaux sur un territoire coresponsable ? Pour être efficaces et légitimes, ces liens sociaux doivent se fonder sur des critères de rationalité, de réciprocité, d’impartialité et d’universalité, inspirés des travaux sur la validité des normes et les principes de discussion dans la délibération de John Rawls et de Jürgen Habermas. La délibération citoyenne, encadrée par le CoE mais aussi par Bruxelles, intègre des instruments juridiques et un guide méthodologique élaboré en 2005. SPIRAL, s’intègre dans un cadre bien plus large, qui se donne pour objectifs de créer des liens entre les participants, permettant d’actionner, à l’aide de groupes ouverts et homogènes, une série d’initiatives qui pourront être reprises par les institutions privées ou publiques, par les corps intermédiaires (associations, ONG, lobbies, syndicats, partis politiques), voire même par les individus. Ce nouvel outil pour une démocratie forte, est-il ainsi effectif pour défendre le bien commun ?

La région wallonne de Belgique, impliquée dans ce projet depuis plus de dix ans, offre un recul nécessaire et sera ainsi, au centre de notre étude empirique. Cette dernière, a participé depuis les années 2000, à la « lutte pour une meilleure intégration sociale et le renforcement de la cohésion sociale », en utilisant la méthodologie du CoE. Le cheminement, se réalise à travers la défense et la recherche des droits fondamentaux, tels que protégés par la constitution belge et la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Les 1700 actions pilotes comptabilisées à l’heure actuelle, s’inspirent toutes de la définition de la cohésion sociale du CoE, qui vise la « recherche du bien-être pour tous dans la durée ». 

Publicités

Nations-Unies, printemps arabe et conflit israélo-palestinien.

66th session (21–24 and 26–27 September 2011)

http://www.unmultimedia.org/tv/webcast/2011/09/france-general-debate-66th-session.html

Dans son discours devant les Nations-Unies  (lien ci-dessus), le président de la République française, Nicolas Sarkozy, aborde trois thèmes d’actualité :

– Introduction générale sur le printemps arabe :

« Peuples arabes soumis à l’oppression et ont réclamé le droit d’être libre ; avec leurs mains nus, ils se sont opposés à la violence (…) nous n’avons pas le droit de décevoir l’espérance des peuples arabes (…) leurs rêves ».

– Engagement  de la France et de l’Europe :

« Ce printemps des peuples nous impose (les Nations-Unies), une obligation morale de résoudre le conflit au Moyen-Orient ».

La méthode utilisée jusqu’à aujourd’hui a échoué (…) changement de méthode…

– Conflit israélo-palestinien :

« Aide aux Palestiniens et aux Israéliens, (…) il ne faut plus de préalables aux négociations» (paramètres cités et déjà vu : conférence de Madrid, discours de B. Obama, feuille de route)

Le président Sarkozy souhaite que la France accueille une conférence des donateurs pour aider la construction d’un Etat palestinien.

« Légitimité de la demande de création d’un Etat palestinien ».

Pour les Israéliens : garantis pour la paix ; « si quiconque dans le monde menacerait Israël, la France serait aux côté de l’Etat d’Israël ».

Proposition pour la Palestine (présenté par le président français comme une solution de compromis) : statut d’Etat observateur aux Nations-Unies ; en contrepartie : reconnaître l’existence et la légitimité de l’Etat d’Israël.

Conclusion : « la jeunesse des printemps arabes criaient vive la liberté ; ils ne criaient pas, à bas Israël ».

Podcast, extraits de conférences sur les révolutions arabes (Arab Spring).

Podcast enregistré au lycée franco-allemand de Saarbruecken le 07 mai 2011 et compilé par mes soins.

Thèmes abordés par Dr. H. Koff de l’Université du Luxembourg : immigration, politique et gouvernance européenne, nationalismes, influence des partis radicaux d’extrême droite sur la politique des pays de l’UE.

Thèmes abordés par M. Tayeb, analyste financier: témoignage des événements en qualité de Tunisien, politique économique du « clan Ben Ali » et perspectives pour la Tunisie.

Pour écouter le podcast, cliquez ici!